Quel lien entre céphalée et cervicalgie ?

      Dans un entretien de la revue Douleurs, le Dr D.Valade, chef du service du Centre d’Urgence des Céphalées à l’Hôpital Lariboisière, expose les liens existant entre céphalées et cervicalgies. En effet, il rappelle que les structures cervicales (= systèmes capsulo-ligamentaire et musculaire) contiennent des nocicepteurs. Les nocicepteurs sont des capteurs qui ont pour rôle de réceptionner les informations douloureuses. Ces informations sont ensuite véhiculées à travers les voies sensitives. Or il s’avère qu’il existe des connections, au niveau du ganglion trigéminal, entre les voies sensitives issues des premières racines nerveuses cervicales et des fibres nerveuses du nerf trijumeau, nerf responsable de l’innervation sensitive de la face. Par conséquent, certains maux de tête peuvent être expliqués par cette projection cervicale.

   De plus, la partie postérieure du crâne est innervée par les racines sensitives cervicales. Cette particularité permet également d’expliquer certains maux de tête.

Innervation Face

        A noter que certaines tensions musculaires, notamment celles du trapèze, peuvent être responsables de maux de tête. En effet, certains muscles s’insèrent au niveau de la partie postérieure du crâne. Ainsi, si ces muscles sont « contractés » ou encore « tendus », ils vont avoir tendance à générer des contraintes trop importante au niveau de leur zone d’insertion et par conséquent générer des maux de tête.

Tensions Musculaires

Tensions Musculaires

Grâce à des techniques thérapeutiques adaptées, le traitement ostéopathique consiste alors à diminuer ces enraidissements musculaires et ainsi les douleurs, maux de tête associés.

 

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter ou à me laisser un commentaire.

 

NB : Bien que les céphalées cervicogènes soient fréquentes, elles peuvent avoir d’autres étiologies. Par conséquent, un interrogatoire et un examen physique rigoureux sont nécessaires pour établir un diagnostic précis.

 

Sources :

C.Le Jeunne (2007), Céphalée et migraine, Annales Françaises d’ORL et de pathologie cervico-faciale, 124 : S1 : 45-49

Dr P. Stchère (2001), Entretien : liens entre céphalées et cervicalgies, Douleurs, 8 : 3 : 193-195

 

Ostéopathie et bébé

Bébé a-t-il besoin de consulter un ostéopathe ?  Quand et pourquoi consulter ?

Une consultation chez un ostéopathe est souvent conseillée par la sage-femme et/ou le pédiatre pour un nouveau né. En effet, durant la grossesse et l’accouchement, ce nouveau né est soumis à des contraintes mécaniques qui peuvent parfois laisser place à des troubles fonctionnels (RGO, colique, plagiocéphalie positionnelle …). Par ailleurs, il est parfois recommandé de faire un bilan chez l’ostéopathe afin de prévenir ces troubles. Toutefois, ces consultations restent complémentaires de la médecine traditionnelle. Elles ne sont en aucun cas obligatoires.

Certains éléments peuvent vous orienter vers une nécessité de consulter un ostéopathe. En voici quelques exemples :

– Il se cambre en arrière quand on le prend ou quand on lui donne la tétée.

– Le bébé est raide avec les bras et les mains crispés.

– Il pleure tout le temps.

– Il ne dort pratiquement pas.

– Il régurgite.

– Il met un temps infini à téter.

– Il use ses cheveux derrière la tête de manière asymétrique.

– Il a une mauvaise position de pieds, de hanches.

– Il tourne toujours la tête du même côté et dort toujours du même côté.

– Il a des otites, des bronchites à répétition, il a une respiration bruyante.

La prise en charge est exclusivement manuelle et consiste en la réalisation de tests qui permettent d’objectiver une raideur musculaire. Le traitement consistera alors a diminué cette raideur musculaire par des techniques « douces » qui ne font en aucun cas souffrir votre enfant malgré ses pleurs.

osteo-bebe

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter ou à me laisser un commentaire.

Douleurs lombo-pelviennes : avant et après l’accouchement

Neuf mois de grossesse !

Neuf mois durant lesquels bébé se développe au sein de la cavité abdomino-pelvienne !

Neuf mois durant lesquels les tissus musculaires et ligamentaires de la maman se distendent pour s’adapter à la croissance du foetus.

Cela suffit-il à justifier la présence de  douleurs lombaires et pelviennes pendant et après la grossesse ?

En effet, tout au long de la grossesse, le corps de la maman subit des adaptations anatomo-physiologiques permettant ainsi une croissance optimale du foetus. Ces adaptations ne sont pas sans conséquence puisqu’elles concernent également le système musculaire lombo-pelvien qui tend à s’affaiblir. Or ce système est censé protéger la colonne lombaire en diminuant les contraintes qui peuvent s’y exercer. Cette adaptation anatomo-physiologique est également liée à une prise de poids (parfois importante) ou encore aux facteurs hormonaux avec notamment la relaxine.

Ainsi, bien que physiologiques, tous ces éléments concourent à l’apparition de douleurs lombo-sacrées.

douleur

Quelques adaptations anatomo-physiologiques

Concernant les douleurs survenant après l’accouchement, une étude récente  évoque un lien avec de nombreux facteurs : le poids du foetus, l’âge de la maman, la durée du travail, la position d’accouchement ou encore la péridurale. Au delà de ces facteurs, il y a également le facteur mécanique. En effet, lors de l’accouchement, les contraintes exercées au niveau de la paroi abdomino-pelvienne sont considérables. Ces contraintes sont à l’origine de douleurs lombo-pelviennes dont certaines femmes se plaignent après leur accouchement. A noter que les douleurs ne se manifestent pas exclusivement au niveau du bassin mais elles peuvent également concernées l’ensemble du dos ou encore la sphère viscérale.

accouchement-contrainte

Les flèches rouges matérialisent les contraintes exercées lors d’un accouchement.

Afin de pallier à ces douleurs, un article publié en 2011 et un autre en 2010 exposent l’efficacité du traitement manuel et plus particulièrement de l’efficacité de la manipulation. Je cite : « Pour 80 % des patientes, l’intervention était considérée comme positive ». Pour plus de renseignements concernant les manipulations en ostéopathie, je vous renvoi vers l’article intitulé Bruit/Crack articulaire.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter ou à laisser un commentaire.

Sources :

RAZ.Daou, NA.Lattouf, (2012) Évaluation des effets de thérapie manuelle des tissus mous chez des femmes, présentant des douleurs lombaires suite à une anesthésie péridurale obstétricale : étude contrôlée randomisée, Kinesither Rev 2012;12:52–59.

KL R, (2011), Un traitement efficace pour les douleurs lombo-pelviennes en post-partum, Kinesither Rev 2011 ; 112 (11) : 15-16.

Al-Sayegh NA, George SE, Boninger ML, Rogers JC, Whitney SL, Delitto A. Spinal Mobilization of postpartum low back and pelvic girdle pain: an evidence-based clinical rule for predicting responders and nonresponders. PMR 2010;2:995-1005.